Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Famille ALINS en vadrouille

La Famille ALINS en vadrouille

De Londres à Lyon et souvent bien au-delà. Les lieux, les évènements, les arts ou les concerts qui font d'une vie une riche pérégrination familiale.


La Sagrada Familia, lumière de Barcelone

Publié par ALINS sur 15 Août 2016, 21:30pm

Catégories : #Voyages, #Espagne, #Barcelone, #Eglises, #Religions

C'est d'une vue panoramique de la ville de Barcelone depuis la colline de Montjuïc que l'on prend conscience de la place centrale prise par la Sagrada Familia depuis le début de sa construction ... il y a 134 ans.

C'est d'une vue panoramique de la ville de Barcelone depuis la colline de Montjuïc que l'on prend conscience de la place centrale prise par la Sagrada Familia depuis le début de sa construction ... il y a 134 ans.

Lors de notre dernière visite de la capitale catalane, il y a 27 ans déja, nous avions découvert la Sagrada Familia en un immense chantier, tout comme la ville de Barcelone qui se préparait alors aux Jeux Olympiques. La construction était peu avancée depuis la mort, en 1926, de son architecte emblématique Antoni Gaudi et l'édifice se résumait essentiellement à sa crypte ainsi qu'à l'impressionnante façade de la nativité, résurgence de la démesure des cathédrales du Moyen âge en pleine époque moderne.

Depuis, force est de constater que l'afflux continu des touristes (plus de 3 millions de visiteurs par an) et les dons privés ont permis de faire progresser les travaux de façon spectaculaire, aucun denier public n'étant dévolu à sa construction. La création de la façade de la passion et de la mort a permis de fermer l'espace intérieur, enfin dédié à son but premier : la prière.

C'est d'ailleurs la beauté des multiples nefs, forêt de colonnes embrasées par la lumière d'une fin d'après midi qui nous a emerveillé lors de cette nouvelle visite.

Le Christ, crucifié, flottant au dessus de la nef principale dans les rayons d'une lumière apaisante.
Le Christ, crucifié, flottant au dessus de la nef principale dans les rayons d'une lumière apaisante.

Le Christ, crucifié, flottant au dessus de la nef principale dans les rayons d'une lumière apaisante.

Comment restranscrire l'extrème beauté des voûtes et des colonnes qui les soutiennent ? Photo - exceptionnellement  de source internet - de la croisée du transept avec la nef principale. Le diversité des pierres utilisées en fonction de la rigidité recherchée engendre une fabuleuse association de couleurs.

Comment restranscrire l'extrème beauté des voûtes et des colonnes qui les soutiennent ? Photo - exceptionnellement de source internet - de la croisée du transept avec la nef principale. Le diversité des pierres utilisées en fonction de la rigidité recherchée engendre une fabuleuse association de couleurs.

Le soleil couchant embrase les torsades d'une nef latérale. Le teinte des vitraux joue avec la lumière au fil de la journée : froideur bleue et verte au petit matin côté est et chaleur des jaunes et rouges dans les brûlures des après-midi méditerranéens.
Le soleil couchant embrase les torsades d'une nef latérale. Le teinte des vitraux joue avec la lumière au fil de la journée : froideur bleue et verte au petit matin côté est et chaleur des jaunes et rouges dans les brûlures des après-midi méditerranéens.

Le soleil couchant embrase les torsades d'une nef latérale. Le teinte des vitraux joue avec la lumière au fil de la journée : froideur bleue et verte au petit matin côté est et chaleur des jaunes et rouges dans les brûlures des après-midi méditerranéens.

Dix autres années de travaux seront nécessaires pour terminer l'oeuvre de Gaudi, consacrée comme basilique par le pape Benoit XVI en 2010. La façade de la Gloire et la tour principale dédiée au Christ qui culminera à 170 mètres (les 17 autres tours symbolisent les apôtres, les évangélistes et Marie) restent les réalisations majeures à achever. L'aboutissement de l'une des plus grandes aventures architecturales de l'ère moderne.

Les deux façades emblématiques de la ville de Barcelone. L'exubérance et la richesse de la façade de la nativité terminée à l'époque de Gaudi symbolise la vie à travers l'espérance, la charité et la foi. Celle de la passion et de la mort, construite sous la responsabilité de l'architecte Josep Maria Subirachs est plus aride et contemporaine. Comme ces colonnes en forme d'os qui font écho à la dureté de l'existence et à la souffrance du Christ.
Les deux façades emblématiques de la ville de Barcelone. L'exubérance et la richesse de la façade de la nativité terminée à l'époque de Gaudi symbolise la vie à travers l'espérance, la charité et la foi. Celle de la passion et de la mort, construite sous la responsabilité de l'architecte Josep Maria Subirachs est plus aride et contemporaine. Comme ces colonnes en forme d'os qui font écho à la dureté de l'existence et à la souffrance du Christ.
Les deux façades emblématiques de la ville de Barcelone. L'exubérance et la richesse de la façade de la nativité terminée à l'époque de Gaudi symbolise la vie à travers l'espérance, la charité et la foi. Celle de la passion et de la mort, construite sous la responsabilité de l'architecte Josep Maria Subirachs est plus aride et contemporaine. Comme ces colonnes en forme d'os qui font écho à la dureté de l'existence et à la souffrance du Christ.

Les deux façades emblématiques de la ville de Barcelone. L'exubérance et la richesse de la façade de la nativité terminée à l'époque de Gaudi symbolise la vie à travers l'espérance, la charité et la foi. Celle de la passion et de la mort, construite sous la responsabilité de l'architecte Josep Maria Subirachs est plus aride et contemporaine. Comme ces colonnes en forme d'os qui font écho à la dureté de l'existence et à la souffrance du Christ.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !