Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Famille ALINS en vadrouille

La Famille ALINS en vadrouille

De Londres à Lyon et souvent bien au-delà. Les lieux, les évènements, les arts ou les concerts qui font d'une vie une riche pérégrination familiale.


Les trésors antiques de la ville éternelle

Publié par ALINS sur 5 Février 2017, 13:35pm

Catégories : #Voyages, #Italie, #Rome, #Histoire

Depuis de nombreux mois, l'Italie est meutrie dans ses chairs par des secousses sismiques qui ont englouti des villages, un hotel de montagne et les vies paisibles de ses habitants. Se pourrait-il qu'un jour prochain disparaissent à tout jamais les merveilles que l'histoire romaine a porté jusqu'à nous ?

Petit hommage, tout en images, aux trésors antiques de la ville éternelle, tels que nous les avons redécouverts il y a quelques mois déja.

Rome, c'est tout d'abord la douceur de nos déambulations noctures d'une fin d'été dans le Campo Dei Fiori. Ce sont nos ombres glissant sur les façades aux patines fatiguées dans le labyrinthe des ruelles du Ghetto. C'est aussi le souvenir d'une douce langueur alors que nous savourions la fraicheur d'un verre de blanc du Latium sur les petites places du quartier de Navona.

Mais Rome, c'est évidemment le témoignage éternel d'une civilisation qui domina l'occident durant plusieurs siècles, laissant un patrimoine exceptionnel à ses visiteurs.

Vue sur le Forum Romain et le Colisée, puis dans le lointain, sur les thermes de Caracalla. Photos prises du toit-terrasse du monument à Victor-Emmanuel II (surnommé la "Machine à écrire" par les romains). Accessible par un ascenseur de verre, il offre l'un des plus beaux panoramas sur la ville.
Vue sur le Forum Romain et le Colisée, puis dans le lointain, sur les thermes de Caracalla. Photos prises du toit-terrasse du monument à Victor-Emmanuel II (surnommé la "Machine à écrire" par les romains). Accessible par un ascenseur de verre, il offre l'un des plus beaux panoramas sur la ville.

Vue sur le Forum Romain et le Colisée, puis dans le lointain, sur les thermes de Caracalla. Photos prises du toit-terrasse du monument à Victor-Emmanuel II (surnommé la "Machine à écrire" par les romains). Accessible par un ascenseur de verre, il offre l'un des plus beaux panoramas sur la ville.

Le Forum et les marchés de Trajan. Construits au début du deuxième siècle, ils permirent de désengorger l'ancien Forum Romain qui devenait trop exigu. Ils servirent de centres administratif et commerciaux à l'époque ou l'empire romain était encore en pleine expansion. Les sculptures en marbre de Carrare qui s'enroulent le long de la colonne Trajane - à l'arrière sur la photo du haut), commémorent d'ailleurs la victoire de l'empereur Trajan sur les Daces (ancien peuple de Roumanie).
Le Forum et les marchés de Trajan. Construits au début du deuxième siècle, ils permirent de désengorger l'ancien Forum Romain qui devenait trop exigu. Ils servirent de centres administratif et commerciaux à l'époque ou l'empire romain était encore en pleine expansion. Les sculptures en marbre de Carrare qui s'enroulent le long de la colonne Trajane - à l'arrière sur la photo du haut), commémorent d'ailleurs la victoire de l'empereur Trajan sur les Daces (ancien peuple de Roumanie).

Le Forum et les marchés de Trajan. Construits au début du deuxième siècle, ils permirent de désengorger l'ancien Forum Romain qui devenait trop exigu. Ils servirent de centres administratif et commerciaux à l'époque ou l'empire romain était encore en pleine expansion. Les sculptures en marbre de Carrare qui s'enroulent le long de la colonne Trajane - à l'arrière sur la photo du haut), commémorent d'ailleurs la victoire de l'empereur Trajan sur les Daces (ancien peuple de Roumanie).

Le Forum Romain, inspiré de l'agora grecque, était le lieu où se rassemblaient les citoyens romains pour traiter les affaires religieuses, judiciaires, commerciales ou politiques.

A Rome, il se développa sur une ancienne zone marécageuse qui servait de nécropole entre la colline du Capitole (centre religieux où étaient vénérés Jupiter, Junon et Minerve) et le mont Palatin (lieu de résidence des empereurs). Le Forum Romain devint ainsi la place où se réglaient les affaires de l'empire et fut reproduit dans les principales cités du monde romain.

Tombé à l'abandon au VIIème siècle suite à la chute de l'empire, ses pierres et ses matériaux furent utilisés lors de la Renaissance pour construire les batiments de la nouvelle Rome, dont la basilique Saint-Pierre.

Diaporama : dans l'ordre, 1 - vue sur le Forum Romain depuis les vestiges de la basilique Aemilia. 2 - vue sur le Mont Palatin depuis le Forum. 3 - les 8 colonnes du temple de Saturne. 4 - vue sur le temple de Saturne, la colonne de Phocas, le temple de Vespasien et l'Arc de Triomphe de Septime Sévère. 5 -  temple d'Antonin et Faustine, édifié par l'empereur suite au décès de son épouse adorée.
Diaporama : dans l'ordre, 1 - vue sur le Forum Romain depuis les vestiges de la basilique Aemilia. 2 - vue sur le Mont Palatin depuis le Forum. 3 - les 8 colonnes du temple de Saturne. 4 - vue sur le temple de Saturne, la colonne de Phocas, le temple de Vespasien et l'Arc de Triomphe de Septime Sévère. 5 -  temple d'Antonin et Faustine, édifié par l'empereur suite au décès de son épouse adorée.
Diaporama : dans l'ordre, 1 - vue sur le Forum Romain depuis les vestiges de la basilique Aemilia. 2 - vue sur le Mont Palatin depuis le Forum. 3 - les 8 colonnes du temple de Saturne. 4 - vue sur le temple de Saturne, la colonne de Phocas, le temple de Vespasien et l'Arc de Triomphe de Septime Sévère. 5 -  temple d'Antonin et Faustine, édifié par l'empereur suite au décès de son épouse adorée.
Diaporama : dans l'ordre, 1 - vue sur le Forum Romain depuis les vestiges de la basilique Aemilia. 2 - vue sur le Mont Palatin depuis le Forum. 3 - les 8 colonnes du temple de Saturne. 4 - vue sur le temple de Saturne, la colonne de Phocas, le temple de Vespasien et l'Arc de Triomphe de Septime Sévère. 5 -  temple d'Antonin et Faustine, édifié par l'empereur suite au décès de son épouse adorée.
Diaporama : dans l'ordre, 1 - vue sur le Forum Romain depuis les vestiges de la basilique Aemilia. 2 - vue sur le Mont Palatin depuis le Forum. 3 - les 8 colonnes du temple de Saturne. 4 - vue sur le temple de Saturne, la colonne de Phocas, le temple de Vespasien et l'Arc de Triomphe de Septime Sévère. 5 -  temple d'Antonin et Faustine, édifié par l'empereur suite au décès de son épouse adorée.

Diaporama : dans l'ordre, 1 - vue sur le Forum Romain depuis les vestiges de la basilique Aemilia. 2 - vue sur le Mont Palatin depuis le Forum. 3 - les 8 colonnes du temple de Saturne. 4 - vue sur le temple de Saturne, la colonne de Phocas, le temple de Vespasien et l'Arc de Triomphe de Septime Sévère. 5 - temple d'Antonin et Faustine, édifié par l'empereur suite au décès de son épouse adorée.

Le théâtre de Marcellus - dédié au neveu de l'empereur Auguste - avait une capacité de 15000 spectateurs. Ses plans ont inspiré ceux du Colisée dont il est l'ainé de près d'un siècle.

Le théâtre de Marcellus - dédié au neveu de l'empereur Auguste - avait une capacité de 15000 spectateurs. Ses plans ont inspiré ceux du Colisée dont il est l'ainé de près d'un siècle.

Le Colisée, symbole grandiose de la Rome antique, hérita son nom de la statue "colossale" de Néron qui fut érigée à proximité. A l'époque romaine, on l'appelait "amphithéâtre Flavien", du nom de la dystanie qui, au Ier siècle de notre ère, décida de sa construction pour s'acheter les faveurs du peuple grâce à des spectacles au goût de sang. L'entrée était en effet gratuite pour les 50000 spectateurs qui se massaient pour suivre les corps-à-corps des gladiateurs ou leurs combats contre des bètes sauvages. C'est d'ailleurs le peuple qui décidait si le combattant devait survivre ou être égorgé, et non pas le pouce levé ou baissé de l'empereur comme l'immortalisa le peintre français du 19ème siècle Jean-Léon Gérôme.

La silhouette si caractéristique du Colisée dévoile ses quatre étages de marbre sur la moitié de sa circonférence de 527 mètres. La vue intérieure sur sa mer de gradins est époustouflante. En son centre, des galeries souterraines servaient de coulisses aux gladiateurs. Une morgue accueillait même les corps de ceux qui n'avaient pas trouvé la force de vaincre.
La silhouette si caractéristique du Colisée dévoile ses quatre étages de marbre sur la moitié de sa circonférence de 527 mètres. La vue intérieure sur sa mer de gradins est époustouflante. En son centre, des galeries souterraines servaient de coulisses aux gladiateurs. Une morgue accueillait même les corps de ceux qui n'avaient pas trouvé la force de vaincre.

La silhouette si caractéristique du Colisée dévoile ses quatre étages de marbre sur la moitié de sa circonférence de 527 mètres. La vue intérieure sur sa mer de gradins est époustouflante. En son centre, des galeries souterraines servaient de coulisses aux gladiateurs. Une morgue accueillait même les corps de ceux qui n'avaient pas trouvé la force de vaincre.

L'arc de Constantin est une autre merveille de l'héritage antique de Rome. Il fut érigé pour commémorer la victoire en 312 au pont de Milvius de Constantin sur Maxence. Les deux hommes s'étaient affrontés pour la sucession de l'empire.

L'arc de Constantin est une autre merveille de l'héritage antique de Rome. Il fut érigé pour commémorer la victoire en 312 au pont de Milvius de Constantin sur Maxence. Les deux hommes s'étaient affrontés pour la sucession de l'empire.

Bien moins conservé, le cirque Maxime semble à l'abandon et il est difficile de se représenter sa grandeur lors des courses de chevaux ou de chars qui déplaçaient là aussi des foules immenses. A moins de regarder à nouveau la légendaire course de chars du film Ben-Hur, même si celle-ci se déroula à Jérusalem.

Bien moins conservé, le cirque Maxime semble à l'abandon et il est difficile de se représenter sa grandeur lors des courses de chevaux ou de chars qui déplaçaient là aussi des foules immenses. A moins de regarder à nouveau la légendaire course de chars du film Ben-Hur, même si celle-ci se déroula à Jérusalem.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !