Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Famille ALINS en vadrouille

La Famille ALINS en vadrouille

De Londres à Lyon et souvent bien au-delà. Les lieux, les évènements, les arts ou les concerts qui font d'une vie une riche pérégrination familiale.


Gare au gorille ! (L'îlot d'Amaranthes, Art et Jardin)

Publié par Famille Alins sur 25 Mars 2017, 18:40pm

Catégories : #Lyon, #Guillotière, #Street Art, #Jardins, #Société

"Plates-bandes d'amarantes jusqu'à

L'agréable palais de Jupiter.

Je sais que c'est Toi qui, dans ces lieux,

Mêles ton bleu presque de Sahara !"

(Arthur Rimbaud, premiers vers du poème "Bruxelles")

L'amaranthe, plante éternelle. Celle qui ne fane jamais. Celle qui a résisté au roundup et à la puissance dévastatrice de Monsanto. Beauté florale, comestible pour les civilisations amérindiennes, mauvaise herbe pour notre monde occidental.

L'ilôt d'Amaranthes, utopie devenue réalité. Celle de l'art par le jardinage, celle du jardinage comme lien social entre ces petits peuples du monde entier qui ont convergé vers le quartier de la Guillotière au fil des siècles. Celle d'une utopie qui a résisté à l'appétit des promoteurs immobiliers pour un quartier dont la bohème urbaine devient aujourd'hui tendance.

C'est Emmanuel Louisgrand, diplômé de l'école nationale des beaux arts de Lyon, qui décida de mettre en valeur cet espace urbain abandonné à travers l'art du jardin. Depuis le début des années 2000, les tubulures oranges marquent l'emplacement d'une serre puis d'un jardin potager collectif. Les arbres plantés donnent quant à eux des airs de place de village à un espace où les habitants se retrouvent pour un apéro, pour un peu de musique, pour des discussions sans fin et pour se découvrir une main verte.
C'est Emmanuel Louisgrand, diplômé de l'école nationale des beaux arts de Lyon, qui décida de mettre en valeur cet espace urbain abandonné à travers l'art du jardin. Depuis le début des années 2000, les tubulures oranges marquent l'emplacement d'une serre puis d'un jardin potager collectif. Les arbres plantés donnent quant à eux des airs de place de village à un espace où les habitants se retrouvent pour un apéro, pour un peu de musique, pour des discussions sans fin et pour se découvrir une main verte.

C'est Emmanuel Louisgrand, diplômé de l'école nationale des beaux arts de Lyon, qui décida de mettre en valeur cet espace urbain abandonné à travers l'art du jardin. Depuis le début des années 2000, les tubulures oranges marquent l'emplacement d'une serre puis d'un jardin potager collectif. Les arbres plantés donnent quant à eux des airs de place de village à un espace où les habitants se retrouvent pour un apéro, pour un peu de musique, pour des discussions sans fin et pour se découvrir une main verte.

La fresque des arrivants : qui mieux que l'artiste de rue brésilien Eduardo Kobra pouvait célébrer sur les murs de ce lieu les vagues d'immigrants qui ont nourri l'industrie lyonnaise de leur main d'oeuvre. Italiens, Turcs, nord-africains ou chinois aux visages graves, aux souvenirs douloureux et aux espoirs incertains d'une vie meilleure.  

Gare au gorille ! (L'îlot d'Amaranthes, Art et Jardin)

Nous avons été accueilli sur l'îlot d'Amaranthes par un gorille qui rode perpétuellement derrière les grilles du jardin collectif. Et la chanson de Georges Brassens nous est revenue immédiatement à l'esprit. Irrévérencieuse et poétique, comme l'est cette trouée de liberté dans la densité urbaine lyonnaise.

Gare au gorille ! (L'îlot d'Amaranthes, Art et Jardin)

Depuis 2004, le jardin collectif de l'îlot d'Amaranthes est géré par l'association Brin d'Guill' .

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !