Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Famille ALINS en vadrouille

La Famille ALINS en vadrouille

De Londres à Lyon et souvent bien au-delà. Les lieux, les évènements, les arts ou les concerts qui font d'une vie une riche pérégrination familiale.


L'abbaye de Fontfroide, vigie cistercienne des corbières audoises

Publié par ALINS sur 1 Août 2010, 18:51pm

Catégories : #France, #Aude, #Tourisme, #Eglises

Nous avons toujours cru que l'abbaye de Fontfroide était cette citadelle perchée sur une colline des corbières à proximité du village de Bizanet. Il s'agit en fait du chateau de Saint Martin de Toques qui protégea la route venant de la vicomté de Narbonne. L'abbaye, nichée au fond d'un vallon ne se dévoile pas; et nous avons été surpris d'attendre devant le portail de la cour d'honneur sans pouvoir découvrir ces batiments cisterciens qui traversèrent les siècles à l'abri des dommages (phot de gauche).

Seule, une croix s'élevant sur la hauteur surplombant le site, permettait aux pélerins de se repérer pour se rendre au monastère (le croix actuelle date du milieu du 20ème siècle). 

P1040498 P1040508

Mais pourquoi donc des moines décidèrent de créer un monastère en 1093 sur ces terres données par le vicomte de Narbonne, Aymeric II ? Simplement par la réunion des trois éléments qui allaient permettre à la communauté de vivre en autarcie : le bois, la pierre et l'eau (une source d'eau fraiche donna le nom à Fontfroide - la fontaine froide). L'ordre fut d'abord bénédictin avant d'être rattaché à Citeaux vers 1145. L'abbaye présente l'empreinte des évolutions architecturales intervenues au fil des siècles, et ce dès la cour d'honneur avec les parties basses médiévales, les fenêtres renaissances et un fronton du 18ème siècle.

P1040501 P1040502

Le réfectoire des convers, frêres des ordres religieux catholiques qui étaient chargés des travaux manuels du monastère (et soumis à des règles religieuses moins strictes que les moines) qui atteignirent 200 membres à Fontfroide (pour 80 moines), a été transformé en salle de concert depuis l'acquisition du site par Gustave Fayet en 1908. L'abbaye connue son heure de gloire en 1334 avec l'élection de son abbé, Jacques Fournier comme pape (Benoit XII). Ce fut ensuite un long déclin jusqu'à la fin du 18ème siècle. L'abbaye est toujours la possession de la famille Fayet qui veille à sa préservation.

P1040505 P1040506

La cour intérieure du 18ème siècle (dite cour de Louis XIV), donne un bon aperçu de la distribution des batiments dont la communication était très stricte afin de ne pas mélanger les communautés : moines, novices et convers.

P1040511

La cloitre procure une lumière propice à la méditation à travers ses galeries ajourées et modifiées également au fur et à mesure de l'enrichissement de l'ordre : colonnettes supportant une toiture de bois initialement, puis des croisées d'ogives en pierre au milieu du 13ème siècle. Vous pouvez voir en son centre le puit où la fameuse "eau fraîche" était puisée.

P1040514 P1040518

P1040520 P1040532

Attenante au cloitre, la salle du chapitre est restée la même depuis le moyen âge. Il s'agissait de la salle où l'abbé procédait à la lecture des chapitres du monastère et réglait les problèmes survenus au sein de la communauté.

P1040530

L'église abbatiale surprend avec des vitraux colorés qui tranchent de l'austérité cistercienne. Ils ont été en fait réalisés au 20ème siècle à la demande de Gustave Fayet qui apporta au lieu des touches plus artistiques.

P1040533 P1040528

Dernier batiment visitable, l'ancien dortoir des convers. Les volumes sont impressionants, et là aussi nous découvrons des vitraux qui ont la particularité d'être un assemblage de morceaux de vitraux du 16ème siècle. Une sorte de patchwork donc.

P1040535 P1040537

Le parcours s'achève par la roseraie, lieu de finesse au milieu de cet environnement méditerranéen. Une visite hautement recommandée en tout cas pour ce site pétri d'histoire. Le moine Pierre de Castelnau, légat du pape, fut assassiné en 1208, événement qui déclencha la croisade contre les cathares. L'histoire de l'abbaye se mélange avec celle de la France.

P1040538 P1040542

Commenter cet article

Sylvain 04/08/2010 14:54


Je pense que nous nous laisserons tenter par la visite de l'Abbaye, la prochaine fois que nous passerons dans le coin. Cela nous a donné envie.
Pour Rome, je prépare un article. J'ai pris beaucoup de photos, le plus dur est de trier.


Sylvain 03/08/2010 11:10


Bonjour,
nous étions allé faire un tour avec les parents d'Aude autour de l'abbaye. Mais nous avions trouvé le prix d'entrée assez cher : onze euros si mes souvenirs sont bons. Cela nous avait rebuté et
nous nous étions contenté de faire le tour dans la garrigue.

Merci pour la visite :)


ALINS 03/08/2010 22:17



Bonsoir Sylvain. Je pense que l'on a payé 9€ par adulte et la petite gratuite. En plus, la guide était super. Des photos de Rome bientôt ? (les notres ont disparu avec notre disque externe suite
a un voyage en amoureux en 2007).



david 01/08/2010 23:10


les vitraux sont vraiment magnifiques


ALINS 02/08/2010 23:46



Oui même si les premiers réalisés sont beaucoup plus naifs. On voit une progression au fil des années de René Billa qui les réalisa.



Archives

Nous sommes sociaux !