Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Famille ALINS en vadrouille

La Famille ALINS en vadrouille

De Londres à Lyon et souvent bien au-delà. Les lieux, les évènements, les arts ou les concerts qui font d'une vie une riche pérégrination familiale.


La Dolce Vita selon Lorenzo Quinn (Park Lane)

Publié par ALINS sur 11 Novembre 2012, 10:00am

Catégories : #Londres, #Art et Culture, #Hyde Park, #Sculptures

Avec une troisème sculpture exposée en moins de 18 mois, Lorenzo Quinn et ses mains de géants sont devenus des habitués de "Park Lane". Après nous avoir fait découvrir la fiat 500 de sa jeunesse ( Vroom Vroom : un géant joue aux petites voitures (Park Lane)  , après nous avoir divulgué la création de l'homme par dieu ( La main de dieu de Lorenzo Quinn ("Hand of God", Park Lane) , l'artiste italien nous raconte "La Dolce Vita", cette joie de vivre qui s'empara de Rome dans les années 1950.

P1050344

Racontée avec nostalgie par son père, le célèbre acteur Anthony Quinn, cette période bercée d'une douce insouciance après les horreurs de la seconde guerre mondiale est symbolisée par un vespa tenu par une main de géant. Sans casque, cheveux au vent, nous pourrions nous croire, l'espace d'un instant, dans le dédale des rues de la capitale italienne.

Lorenzo Quinn évoque avec passion ces années magiques : “The thrill of living the ‘Dolce Vita’ in Rome must have been amazing. My father tried to describe it many times as I was growing up. It was a world full of hope and rebirth, a feeling of eternal spring for humanity. The world had ended a terribly destructive conflict yet after all the destruction, there was space to rebuild, which created an incredible lust for life.”

P1050345

"La Dolce Vita" est aussi le titre du film de Federico Fellini qui sortit sur les écrans en 1960 et racontait la vie d'un jeune provincial dans la Rome des années 1950 (. http://www.youtube.com/watch?v=GKN1T3K1idg). La nostalgie d'une douceur de vivre et d'amours légers comme les jupes des filles parcourues par la brise méditerranéenne, que Lorenzo Quinn a bien voulu rappeler à tous les londoniens qui empruntent cette grande avenue du centre ville.

P1050347

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !