Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Famille ALINS en vadrouille

La Famille ALINS en vadrouille

De Londres à Lyon et souvent bien au-delà. Les lieux, les évènements, les arts ou les concerts qui font d'une vie une riche pérégrination familiale.


Les portraits de Lucian Freud (National Portrait Gallery)

Publié par ALINS sur 21 Avril 2012, 21:00pm

Catégories : #Londres, #Art et Culture, #Peintures, #Exposition

Londres a décidé de consacrer, en cette année olympique, une place de choix aux trois artistes britanniques qui ont marqué le monde de l'art contemporain depuis un demi-siècle. Après David Hockney (David Hockney redonne des couleurs à la campagne du Yorkshire (A Bigger Picture) et avant Damien Hirst, nous nous sommes rendus à la National Portrait Gallery pour découvrir l'oeuvre de Lucian Freud à travers 130 tableaux et dessins rassemblés jusqu'au 27 mai prochain en un parcours unique.

P1110701

(L'entrée de la National Portrait Gallery à l'arrière de Trafalgar Square. Il vaut mieux réserver vos place sur internet, l'exposition affichant complet très souvent) 

Petit avertissement tout d'abord : il nous parait préférable de ne pas venir accompagnés de jeunes enfants, l'exposition faisant une large place aux nus, peints par Lucian Freud dans des poses parfois crues. L'évolution du style de l'artiste est d'ailleurs fascinante entre un surréalisme léger au début de sa carrière jusqu'aux portraits d'un réalisme plus brutal qui lui vaudront une reconnaissance internationale à partir des années 1970.

 P1020054 P1020055

("Girl with a Kitten" de 1947 et "Girl with a White Dog" de 1951-1952, peintures soignées au pinceau fin dans un style soucieux du détail rappelant les peintres flamands du 15ème siècle dont le style aurait été adapté à la peinture  contemporaine. Certains codes auxquels Lucian Freud restera fidèle sont déja en place : portraits en intérieur d'êtres qui lui sont chers - ici sa première femme Kitty Garman -, présence d'animaux et mises en scène de plus en plus psychanalytiques sur des canapés, fauteuils ou lits particulièrement usés).

Le pinceau fut ensuite remplacé par une brosse plus dure, la peinture plus épaisse et les teintes jouant sur les bruns, gris et blancs pour représenter sans détours le visage de ses amis. "Je peins les gens non pour ce qu'ils semblent être (...) mais pour ce qu'ils sont" disait Lucian Freud. Ses portraits sont autant d'uppercuts dans un siècle où l'on cherche à effacer tous les défauts dans l'expression d'une beauté aseptisée.

P1020042 P1020045

("Frank Auerbach" 1975-1976 et "Two Irishmen in W11" 1984-1985 qui retranscrit parfaitement les hommes irlandais, rudes, légèrement surrannés, respectueux de la tradition familiale et si amicaux au fond d'un pub. Les couches plus claires permettent de rendre les effets des éclairages, éléments d'importance dans les réalisations du peintre)

Lucian Freud, petit-fils du père de la psychanalyse Sigmund Freud, est né en 1922 à Berlin avant de rejoindre Londres en 1934 pour fuir l'antisémitisme nazi. Il prit plus tard la nationalité britannique, établissant son atelier dans la quartier de Paddington puis vers Holland Park. Considéré comme l'un des peintres majeurs des dernières décennies, il décéda chez lui en juillet dernier à l'age de 88 ans.

P1020057 P1020053

("Reflection with Two Children" 1965 et "'Portrait of Her Majesty the Queen" 2000-2001. Les autoportraits sont nombreux dans l'oeuvre de l'artiste, appliquant à lui-même la franche réalité avec laquelle il représente les autres. Il réalisa également le portrait de la Reine Elisabeth II sans compromis, tableau qui fit scandale outre-manche. Faisant partie de la tournée du Jubilé de diamant, il ne se trouve pas dans l'exposition de la National Portrait Gallery).

"Malheur aux brutes qui disent toujours la vérité" (Vladimir Jankélévitch) 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !